Soutien à Nathan de l’UNL, victime de répression syndicale

Une journée de mobilisation nationale

Le 16 octobre dernier, lors d’une journée d’appel à la mobilisation nationale par les organisations étudiantes et lycéennes, le lycée Fresnel (Caen) a été bloqué par la section locale de l’UNL (Union Nationale Lycéenne).

Pour se battre contre les classes surchargées et les manques de moyens au lycée qui surviennent face à l’augmentation des effectifs et le non-investissement nécessaire pour accueillir ces 27 000 élèves supplémentaires, ce sont donc des lycéens qui ont choisi de se mobiliser et de ne pas rester inactifs face à la dégradation de leurs conditions d’études.

 

Un constat alarmant de répression syndicale

Le représentant de l’UNL dans le Calvados, Nathan Le Potier, élève de 1ère au lycée Fresnel, a subi des pressions psychologiques et physiques de la part de certains personnels du lycée, représentants de l’État, alors qu’il tentait d’informer et de mobiliser les autres lycéens sur les revendications précédemment évoquées. De plus, le matériel syndical de Nathan (un mégaphone notamment), a été détruit par le personnel du lycée, se rendant coupable de dégradation sur la propriété d’autrui.

Il apparaît inadmissible qu’aujourd’hui des lycéens qui s’impliquent pour défendre le service public de l’enseignement se fassent eux mêmes réprimer par ce système. Le lycée est censé apprendre l’émancipation culturelle aux jeunes, de faire en sorte qu’ils deviennent des citoyens de notre République.

Dans un contexte de remise en cause des valeurs fondamentales de la République et de la Démocratie, comment un représentant de ces valeurs peut-il autant les bafouer ?

Nathan est aujourd’hui sous le coup d’une enquête sociale demandée par le lycée, remettant en cause l’éducation de ses parents à cause d’un comportement « inquiétant ». Si dénoncer les conditions d’encadrement des cours dans les lycées français est un comportement inquiétant, alors oui Nathan est coupable de vouloir défendre les lycéens.

De plus, il est également convoqué à une commission disciplinaire le mercredi 4 novembre 2015 à 18h au sein des locaux du lycée Fresnel où il risque l’expulsion de l’établissement.

 

Soutien de l’UNEF auprès de Nathan et de l’UNL

La parole syndicale, qu’elle soit issue de la bouche d’un(e) lycéen(e), d’un(e) étudiant(e), d’un(e) salarié(e) ou d’un(e) patron(ne), doit être écoutée par tous les acteurs concernés et ne pas être empêchée de s’exprimer de quelque manière que ce soit, et l’UNEF soutient donc l’UNL dans sa démarche syndicale.

L’UNEF affirme son soutien à Nathan dans ces épreuves qui ne devraient pas avoir lieu d’être et demande aux organisations progressistes de se joindre à l’UNEF et à l’UNL pour soutenir Nathan.

Laisser un commentaire

*

captcha *