« Oui, l’immigration est une chance »

Tribune du collectif des jeunes du Calvados contre l’extrême-droite

L’émotion reste vive après les attentats terroristes contre Charlie Hebdo et l’épicerie casher, ces 7 et 9 janvier derniers. La France s’est alors montrée unie. 4 millions de Français se sont rassemblés lors de marches républicaines dans toute la France, pour rendre hommage aux victimes mais aussi pour défendre les valeurs de la République, tout en refusant les stigmatisations. Ces rassemblements d’une ampleur sans précédent depuis la Libération ont entraîné un sentiment d’union nationale, en dehors des considérations politiques, sociales ou religieuses.

Dans les deux semaines qui ont suivi ces attentats, l’Observatoire national contre l’islamophobie a dénombré en France 128 attaques islamophobes, soit autant que celles commis sur l’ensemble de l’année 2014. Cette situation est tout simplement inacceptable. Elle traduit le danger de l’amalgame qui peut être fait entre islam et islamisme, entre attentat et immigration.

La tragédie que nous avons vécue porte en elle le reflet d’une société divisée car oui, même la démocratie, même la République et son école ont montré leurs limites. La mise à l’écart d’une partie de notre société, de notre jeunesse, depuis des décennies, est source de conflits. Ce manque d’espoir dans nos quartiers conduit à l’isolement, à la désocialisation, et aboutit à la radicalisation. Il ne faut donc surtout pas considérer les musulmans comme l’origine de ces attentats et encore moins se laisser prendre par le discours anti-immigration du Front National qui est une fausse solution.

Les islamistes veulent nous faire peur. Leurs crimes font malheureusement monter l’islamophobie et le sentiment d’insécurité. Ils sont donc les alliés objectifs du Front National. Malgré cela, nous continuerons à clamer haut et fort que l’immigration est une chance.

L’immigration n’est pas un coût, mais un gain. En plus de l’apport culturel qu’ils représentent, les personnes immigrées travaillent, cotisent, paient des impôts et consomment en France, elles participent donc à la richesse du pays. Lorsqu’un étranger arrive en France à l’âge actif, il n’a rien coûté à l’État en matière d’éducation et de formation. Il cotisera pourtant pour des prestations dont il ne bénéficiera que partiellement. La contribution nette des immigrés au budget de l’État est estimée à plus de 12 milliards d’euros. A l’inverse, les expulsions coûtent chères : 30 000 euros par personne reconduite à la frontière. Le gouvernement doit affirmer haut et fort que l’immigration est une chance en entamant une véritable bataille politique et culturelle sur le sujet. Nicolas Sarkozy a réussi avec ses discours et autres débats sur « l’identité nationale » à banaliser la xénophobie. Ouvrons à notre tour un débat sur les « identités nationales » et montrons que l’on peut très bien se sentir Normand et Français, Africain et Européen. Oui, l’immigration est une chance.

Des solutions politiques doivent être apportées de toute urgence. Améliorer les conditions de vie des classes populaires est une nécessité. Augmenter le SMIC et en terminer avec l’austérité doivent être des priorités. Réduire le temps de travail pour travailler tous, moins et mieux, mettre en œuvre la transition énergétique, réinvestir dans l’Éducation et une 6ème République plus parlementaire permettraient de créer des millions d’emplois et de réconcilier les Français avec la politique. Personne n’a le droit de se résoudre à cette montée historique de l’extrême droite, partout en Europe. Ne restons pas inactifs face au recul de nos droits. Rappelons-nous de nos aïeux qui se sont battus pour les congés payés, pour les retraites, pour la sécurité sociale, et de tous les droits gagnés par la lutte. Aujourd’hui, une droite décomplexée et une extrême droite ravivée tiennent le pavé, le lançant sur les journalistes et leurs opposants politiques. Ne laissons pas la rue à ceux qui appellent de leur prière l’homophobie, le patriarcat, l’exclusion et la casse des droits sociaux. Il est temps pour la jeunesse de se mobiliser pour le progrès. L’Histoire se souviendra que des milliers de jeunes -et d’autres- se seront mobilisés pour combattre le Front National. Ces jeunes ne seront pas restés impuissants face à la montée de l’extrême-droite et se sont battus pour leurs valeurs, dans l’espoir d’un monde meilleur.

Ce collectif rassemble principalement l’UNEF Caen, le Mouvement des Jeunes Socialistes du Calvados, le Mouvement des Jeunes Communistes du Calvados, l’Union Nationale des Lycéens du Calvados, SOS Racisme Basse-Normandie.

Cette tribune a été envoyée à tous les médias locaux, et Ouest-France en a fait un article dans leur édition du samedi 21 février 2015.
collectif-ext-dte

Laisser un commentaire

*

captcha *