Charlie Hebdo : L’UNEF dénonce la destruction du mur d’expression à des fins publicitaires

Mur d’expression   Face aux récents événements du 7 janvier, nous avons décidé de mobiliser les étudiants de l’Université de Caen par la mise en place d’un mur d’expression dédié à la liberté d’expression, aux victimes de Charlie Hebdo et aux risques d’amalgames liés à ces actes. Le mur d’expression est localisé sous la galerie vitrée du campus 1 (centre-ville) sur les panneaux d’affichage. L’événement a débuté le 12 janvier dernier et est censé durer jusqu’au 7 février, date anniversaire de l’attentat. Ce projet est actuellement visible par de nombreuses personnes et beaucoup l’estiment essentiel au vu du nombre de messages et de dessins accrochés sur les panneaux en une dizaine de jours. Ce mur d’expression est donc un vrai symbole d’expression et de recueillement pour tous. MUR2 Recollage du mur

Nous n’avions pas le soutien matériel de l’université de Caen pour ce projet, cependant de nombreux UFR ont soutenu le mur en donnant du matériel pour que nous puissions nous exprimer (ramettes de papier, marqueurs, stylos, post-it et scotch). Il paraît évident que ces panneaux d’affichage peuvent être utilisés par tous pour communiquer, et c’est pourquoi nous avons alors utilisé uniquement 4 panneaux d’affichage (sur les 18 disponibles) sous la galerie vitrée de l’Université.   Malgré la beauté de ce projet, dans la nuit du 22 au 23 janvier, des personnes se sont permis d’utiliser ces panneaux d’affichage, qui étaient exceptionnellement consacrés à l’hommage respectueux et symbolique de Charlie Hebdo, à des fins publicitaires. Le groupe qui a recollé par dessus le mur d’expression est une boîte de nuit situé à Deauville-Villers, le Nexus. Ils ont utilisé 2 des 4 panneaux consacrés à ce projet, faisant disparaître les messages installés sur les panneaux.

IMG_2103

IMG_2102    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’UNEF Caen exige des excuses

C’est par cet acte irrespectueux envers les émotions des personnes et envers l’investissement de ceux qui ont participé au projet, que la liberté d’expression à laquelle l’UNEF est attachée a été bafouée. Nous refusons que ce mur soit vandalisé au profit d’une stratégie publicitaire et commerciale, c’est pourquoi nous demandons des excuses publiques de la part du Nexus.

 

 

MAJ 30/01/15 : Le Nexus s’est excusé sur notre page Facebook :

excuse nexus

Laisser un commentaire

*

captcha *